J’en parle au Seigneur

Apprendre à parler au Seigneur de ce qui ne va pas

Un mal : la fièvre

La fièvre dont souffre la belle-mère de Pierre est le symptôme de la présence d’un mal dans son corps. Une infection, un virus ou une autre forme de maladie l’a atteinte. Je pense que vous qui lisez ces lignes vous avez déjà établi une relation avec la situation de notre pays.
Cette fièvre peut en représenter d’autres qui sont d’une autre nature.
Il peut y avoir des fièvres d’ordre moral, mental, spirituel, familial.
Dans tous les cas, la fièvre révèle la présence de quelque chose de mauvais.

Conséquences
La femme est couchée. La fièvre produit un abattement. Celui qui en est atteint a perdu ses forces et ses capacités. Un pays est paralysé socialement et économiquement à cause de cette propagation du virus COVID19.

« J’en parle au Seigneur »

Marc 1 : 29-31

La bonne réaction
Ses proches, qui connaissent le Seigneur, ont le bon réflexe. Nous avons ici le principe de la communion fraternelle : « Ils parlent de cette femme au Seigneur. »
La prière consiste à parler au Seigneur. Il n’est plus sur terre dans sa condition humaine. Mais, ressuscité après être mort à la croix, il est vivant pour intercéder en notre faveur. Il est possible de LUI parler de nous-mêmes et des nôtres. Ne manquons pas de le faire car c’est vraiment la bonne attitude qui doit s’ajouter aux principes de précaution qui sont préconisés en cette période d’épidémie.

Cette forme de prière s’appelle l’intercession

Nous pouvons tout lui dire. Le Seigneur nous entend, nous comprend, ce qui ne veut pas dire qu’il soit toujours d’accord avec nous.

« Je répands ma plainte devant lui, je lui raconte ma détresse. »

Psaumes 142 : 3

– Il parle au Seigneur de sa détresse.
– Il confesse sa foi en lui.
– Il s’attend à ce que Dieu lui fasse du bien (Ps 142/8).

« Faites connaître vos besoins à Dieu par des prières. »

Philippiens 4 :6

Nos besoins sont nombreux et il faut apprendre à en parler à Dieu. Ils appartiennent à bien des domaines. Ils peuvent être matériels, physiques, affectifs, familiaux, spirituels.

En en parlant à Dieu, nous ne lui apprenons rien, mais nous lui permettons de nous dire ce qu’il en pense. Pour cela, il faut apprendre à persévérer dans la prière. Certaines demandes peuvent avoir une réponse immédiate. Pour d’autres, il faut savoir attendre et faire le tri entre nos désirs personnels et ce que Dieu veut pour nous. N’oublions jamais que Dieu veut notre bien !

Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. »

hébreux 4:16

 

Poster un commentaire

Print your tickets